Rubrique
Point de vue

Cristiano Ronaldo et la possibilité d’une absence au Mondial 2022

Quintuple Ballon d’or France Football, meilleur buteur et meilleur passeur de l’histoire de la Ligue des Champions, meilleur buteur de l’histoire de l’Euro, meilleur buteur de l’histoire des sélections nationales et du Real Madrid, Cristiano Ronaldo détient un nombre impressionnant de records. Une autre performance, plus symbolique, pourrait s’ajouter à son tableau de chasse déjà fourni. Il s’agit du nombre de participations à la Coupe du monde de la FIFA. En cas de qualification du Portugal au Mondial 2022, le Lusitanien disputerait sa cinquième phase finale de coupe du monde, performance seulement réalisée par les Mexicains Antonio Carbajal et Rafael Marquez, l’Allemand Lothar Matthaus et l’Italien Gianluigi Buffon.

Cependant, une mésaventure guette celui que l’on surnomme communément CR7. Le Portugal, rejoint puis dépassé par la Serbie dimanche soir à Lisbonne, s’est vu être rétrogradé en barrages, cédant la première place directement qualificative à leur adversaire du soir. Un résultat lourd de conséquences puisque les Lusitaniens devront disputer au mois de mars 2022 une sorte de final four qui désignera la nation qualifiée au terme des deux matchs (demi-finale puis finale). À cet effet, trois petits tableaux regroupant chacun quatre équipes parmi douze barragistes seront mis en place après tirage au sort, mettant fin aux classiques rencontres aller-retour. Les trois vainqueurs iront au Qatar.

 

Un piège à éviter

Ces barrages, souvent périlleux pour ceux qui doivent s’y confronter, ont souvent réservé de mauvaises surprises aux grandes sélections. Le dernier exemple en date est celui de l’Italie, en novembre 2017. Battue et éliminée par la Suède sur l’ensemble des deux matchs, la Squadra Azzura n’avait pu rejoindre la Russie et manquait par conséquent sa première phase finale de Coupe du monde depuis 1958. Par ailleurs, Gianluigi Buffon aurait pu participer à sa sixième compétition planétaire.

D’autres nations comme la France ont souffert lors de ces barrages, notamment lors de la dernière décennie. L’épisode de la main controversée de Thierry Henry sur le but de William Gallas qui amena l’égalisation française en 2009, puis la spectaculaire remontada face à l’Ukraine - victoire 3-0 après avoir perdu le match aller 2-0 - l’attestent.

Ronaldo, sauveur éternel ?

Le Portugal quant à lui s’en est plutôt bien sorti jusqu’à présent. Le barrage face à la Suède en novembre 2013 avait offert un match dans le match entre Cristiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic. Celui qui était alors l’attaquant phare du Réal Madrid en sortit vainqueur, inscrivant les quatre buts portugais sur l’ensemble des deux rencontres, contre deux pour Zlatan, lui aussi unique buteur de son équipe. Cette incroyable performance était venue couronner un début d’automne impressionnant pour CR7 (32 buts en 20 matchs entre le 1e septembre 2013 et ces deux matchs de barrage), scellant le sort du Ballon d’or, remporté pour la deuxième fois par Ronaldo, au détriment de Franck Ribéry, pourtant favori.

Si Ronaldo a souvent endossé le costume de sauveur, que ce soit en club ou en sélection, la légende du football ne peut plus porter le poids de toute un groupe sur ses épaules. À bientôt 37 ans, son incroyable longévité au plus au niveau banalise ses innombrables exploits et retournements de situation. Mais sans une équipe solide et avec un Ronaldo encore livré à lui-même, le Portugal ne pourra espérer voir le Qatar à l’automne 2022 et abandonnera son héros dans sa quête, lui qui l’a tant porté vers les sommets. Car le football reste avant tout un sport collectif.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.