Rubrique
Actualités

Est-ce (enfin) l’année du Paris-SG ?

Paris a souffert mais est passé. Le roseau a plié mais n’a pas rompu. Malgré les deux montants touchés par Neymar et le but de Eric-Maxim Choupo-Moting contre le cours du jeu, le club francilien a validé son ticket pour le dernier carré de la Ligue des Champions. Dans un Parc des Princes sonnant creux mais face aux encouragements du banc de touche, les hommes de Mauricio Pochettino ont éliminé le Bayern Munich, tenant du titre. Joli coup, assurément.

Un Bayern affaibli et privé de son cerveau

Sans son attaquant vedette, le Polonais Robert Lewandowski, le Bayern a cruellement manqué de réalisme dans cette double confrontation. Le cerveau de l’attaque bavaroise – blessé en sélection - n’a pas goûté aux deux rencontres et cela s’est évidemment vu. Également privé de son ailier Serge Gnabry, « covidé » la veille de l’aller, l’international allemand a lui aussi cruellement fait défaut dans l’animation offensive. Remplacé numériquement par un Leroy Sané décevant, le club bavarois n’a tout simplement jamais pu ou su faire déjouer un PSG sûr de sa force. Le tenant du titre et quintuple vainqueur de la reine des compétitions se serait t’il vu trop beau ?

Un Paris guerrier et revanchard

Si la formation bavaroise n’a pas été à la hauteur de l’événement, c’est surtout dû au fait que le Paris SG a parfaitement su faire déjouer son adversaire. Opérant en contre-attaque à l’aide du trio Di Maria – Neymar – Mbappé épaulé par un Idrissa Gueye omniprésent à son poste de sentinelle, les hommes de Mauricio Pochettino ont installé la crainte dans la tête de leur homologue dès le match aller. Assez pour accepter de subir en se reposant sur un exceptionnel Keylor Navas et ensuite pour profiter des moindres failles d’une défense munichoise empruntée. Avec un tel trio d’attaque, difficile de ne pas faire peur. Ainsi, les trois buts inscrits à l’Allianz Arena ont été d’une importance capitale dans la construction de leur victoire et d’une qualification au final amplement méritée. Et plus encore que ce notable réalisme, c’est l’état d’esprit général de l’équipe parisienne qui a permis cet exploit. Sans Marco Verratti ni Marquinhos mardi soir et avec un seul but d’avance au compteur, on avait de quoi être perplexe devant l’esprit de revanche du Bayern. Il n’en a rien été. Même en souffrant, Paris a su mettre en place un plan de jeu relativement efficace pour anesthésier une équipe bavaroise sans réelle inspiration offensive. Le club allemand a pourtant eu quelques situations en ne parvenant à concrétiser qu'une seule fois et s’est surtout retrouvé soumis aux contres tranchants des Parisiens, à l’image d’un Neymar virevoltant mais vendangeur et d’un Mbappé intéressant mais trop souvent pris au piège du hors-jeu.

Et maintenant, Manchester City

Le plus dur commence à présent pour les coéquipiers de Kylian Mbappé. Le format aller-retour de la Ligue des champions n’ayant jamais vraiment réussi au PSG ces dernières années, les hommes de Josep Guardiola vont se présenter dans une quinzaine de jours avec la ferme intention de se qualifier pour leur première finale. Vainqueurs de leurs deux rencontres face à Dortmund sur le même score (2-1), les Citizens arriveront fin avril – sauf catastrophe - avec leur équipe au complet et au meilleur de leur forme. Paris saura t’il une nouvelle fois créer l’exploit et ainsi accéder à la dernière marche ?

Réponse dans trois semaines...

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.