Rubrique
Actualités

Indian Wells : Taylor Fritz succède à Andre Agassi

On vient de vivre là un bien beau tournoi. Du premier match jusqu’à ce dimanche, la semaine a été riche en éléments et émotions. Le tableau était de toute façon compétitif dès le départ. 

Au final, c’est donc Taylor Fritz qui l’a emporté, venant à bout d’un Rafael Nadal diminué, visiblement touché au pectoral. 6-3, 7-6, deux sets globalement maîtrisés par le natif du comté de Santa Fé qui a logiquement soulevé le trophée, bien qu’il était loin de faire partie des favoris. On aurait en effet plutôt misé sur une tête de série, voire un Alcaraz en feu mais dont le mental a fini par lâcher face à Nadal en demie.

 

Vingt et un ans après Agassi

 

Depuis Andre Agassi en 2001, aucun américain n’avait gagné sur le ciment californien. C’est désormais chose faite. Une sacré performance pour le joueur de 24 ans dont la carrière a débuté en 2015 et qui n’avait jusque-là qu'une seule victoire à son actif sur le circuit (Eastbourne 2019) pour cinq finales disputées. Il se retrouve ce lundi treizième joueur mondial au classement ATP et pourrait nourrir de plus grandes ambitions à l’avenir s’il parvient à conserver ce niveau de jeu.

 

Une finale entre blessés

 

Si son parcours n’a peut-être pas été aussi intense que celui de son adversaire, Fritz a tout de même su sortir quelques noms comme Alex De Minaur en huitième et surtout Andrey Rublev en demie, qu’il n’avait jamais battu dans un Masters 1000. Touché à la cheville après sa victoire face au Russe, le poulain de David Naikin et surtout Paul Annacone (ancien coach de Pete Sampras et Roger Federer) était proche du forfait mais est parvenu, au mental, à surmonter la douleur pour s’imposer face au Majorquin lui aussi amoindri, qui était invaincu depuis le début de l’année et numéro un à la Race depuis fin janvier et sa victoire à l’Open d’Australie.

Url de la ressource

Nadal, échappé d’Alcaraz et troisième mondial

 

Dans l’autre partie de tableau, on a certainement vécu le plus beau match du tournoi. L’affiche était énorme sur le papier et les protagonistes ont été au rendez-vous. Entre un Nadal recordman du nombre de Grands Chelems et la nouvelle terreur du circuit, Carlos Alcaraz, surnommé “L’Héritier” par la presse espagnole et dont je parlais ici l’année dernière, le duel a été acharné malgré les bourrasques de vent qui ont parasité le troisième set. Le taureau de Manacor a fini par s’en sortir à l’expérience en un peu plus de trois heures de jeu, mais a sûrement payé cette victoire par une gêne respiratoire qui l’a ensuite visiblement empêché de jouer son meilleur tennis face à Fritz.

Nouveau troisième mondial ce lundi, l’espagnol de 35 ans est donc récompensé de son départ canon en 2022 mais voit sa série de vingt victoires d’affilée s’arrêter dans le désert californien.

 

Url de la ressource

De bonne augure avant la saison sur terre

 

Si le tournoi de Miami débute ce lundi avec Daniil Medvedev et Andy Murray en têtes d’affiche, Indian Wells a livré toutes ses promesses et il va maintenant être intéressant de suivre les prochaines échéances, notamment Roland Garros dans quelques semaines et les retours (très) attendus de Dominic Thiem, Stan Wawrinka et Roger Federer, absents des courts depuis plusieurs mois et dont l’explication de texte avec la future probable présence de Novak Djokovic - actuel numéro un mondial - promet des après-midis (ou nuits) animées Porte d’Auteuil.

Affaire à suivre…

 

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.