Rubrique
Actualités

Kylian Mbappé, Prince du Parc

Un public et une équipe en communion six ans après les attaques du 13-Novembre

Dans son antre parisienne, le phénomène Mbappé et l’équipe de France n’ont fait qu’une bouchée du Kazakhstan, modeste 125e nation au classement FIFA. Dans un match à sens unique, l’attaquant du Paris Saint Germain ouvre rapidement le score d’une volée du pied droit à la réception d’un centre de Théo Hernandez (6e), puis double la mise dans la même position après une erreur de la défense kazakh exploitée par Kingsley Coman (12e). L’enfant de Bondy trouve une troisième fois le fond des filets à la 32e, d’un but de la tête, une fois n’est pas coutume et les Bleus virent largement en tête à la pause (3-0).

La deuxième mi-temps n’en sera que plus belle. Alors qu’ils avaient géré leur avantage en première période, les hommes de Didier Deschamps vont vite enfoncer le clou par l’intermédiaire de Karim Benzema (55e, 59e). Ce dernier, profitant de l’altruisme de Mbappé  qui fut décidément dans tous les bons coups tout au long de la rencontre, égale et dépasse David Trezeguet en inscrivant ses trente-quatrième et trente-cinquième buts sous le maillot bleu. Autre légende dépassée, Michel Platini doit céder la troisième place du classement des buteurs en équipe de France à Antoine Griezmann après que celui-ci ait transformé un pénalty obtenu par lui-même (84e). Entre temps, Griezmann s’était déjà montré décisif en délivrant un ballon sur la tête d’Adrien Rabiot sur corner (75e), lui permettant d’inscrire son premier but avec les Bleus. Mbappé, transcendé pour son premier match avec la sélection au Parc des Princes, vient clôturer la marque à la 87e, devenant le premier joueur à inscrire un quadruplé depuis Just Fontaine en juin 1958 contre l’Allemagne de l’Ouest.


Grâce à cette large victoire (8-0), l’équipe de France valide son ticket pour le mondial 2022 au Qatar. Elle avait besoin d’une victoire lors des deux derniers matchs de qualification et n’a pas réédité la contre-performance de l’automne 1993. Dans le même cas de figure, les Bleus de Gérard Houiller avaient laissé Israël revenir au score en deuxième mi-temps et s’imposer avant de s’effondrer lors du dernier match face à la Bulgarie, synonyme de non qualification pour le mondial américain. Le Kazakhstan n’était pas en mesure de répéter l’histoire, complètement dominé (71% de possession française) en deuxième période. Tenante du titre, la France disputera sa seizième phase finale de coupe du monde en vingt-deux éditions. Sa septième participation consécutive depuis 1998. Elle peut se permettre de faire tourner mardi en Finlande puis faire rêver tout un pays dans un an comme elle a si bien fait ce soir.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.