Rubrique
Point de vue

Le Grand Prix de la honte

Les fans de Formule 1 grondent. Alors que ce week-end se tenait le Grand Prix de Belgique, celui-ci a été perturbé par les mauvaises conditions climatiques. La pluie s’est abattue sur le circuit ardennais, obligeant la direction de course à décaler l’heure initiale du départ, avant d’effectuer deux tours derrière la Safety Car et que le drapeau rouge soit brandi.

Alors que la course était neutralisée, la direction de course n’a pas souhaité annuler l’épreuve et a préféré faire un point météo régulier afin de trouver une fenêtre avec une accalmie pour que le GP ait lieu. Cependant, à force d’attendre, la durée limite maximum d’une épreuve, fixée à 3 heures, risquait d’arriver à son terme. C’était sans compter sur une astuce de la FIA, qui a figé le chronomètre afin de permettre aux voitures de rouler 1 heure.

À 18h17, la course a enfin pu reprendre, une nouvelle fois derrière la Safety Car, mais pour seulement deux tours, puisque les conditions ne permettaient pas le bon déroulement de l’épreuve. Après une seconde interruption et quelques minutes d’attente, la direction de course a finalement pris la décision de stopper l’épreuve.

Fiasco pour les spectateurs

Alors que de nombreux spectateurs venus de tous les horizons se sont réunis en Belgique, pour assister à ce qui est à l’un des plus beaux GP du calendrier, les fans ont attendus, pour certains depuis 7 heures du matin pour ne « voir » que 4 fois les F1.

Déclaré 3ème de la course, Lewis Hamilton est furieux contre les décisions qui ont été prises et demande qu’un remboursement soit effectué auprès des spectateurs présents, ce week-end à Spa.

« Aujourd’hui c’était une mascarade et les seules personnes qui y perdent sont les fans qui ont payé une certaine comme pour nous voir courir. »

« Bien-sûr, il n’y a rien que l’on puisse faire pour la météo, mais nous avons un équipement sophistiqué pour nous informer de ce qu’il se passe et il était clair que la météo n’allait pas s’améliorer. »

« On nous a fait sortir en piste pour une seule et bonne raison uniquement. Deux tours derrière une Safety Car où il n’y a aucune possibilité de gagner ou de perdre une place ni de faire du spectacle pour les fans, ce n’est pas de la course. »

« Nous aurions juste dû arrêter et ne pas mettre les pilotes en danger et le plus important : rembourser les fans qui sont le cœur de notre sport. »

Malgré 4 tours, un vainqueur nommé

Alors que la mascarade du GP de Belgique a duré plus de 3 heures, il s’agit bel et bien de la course la plus courte de l’histoire, battant ainsi le record du Grand Prix d’Australie en 1991 (et de loin). Max Verstappen, restera dans les livres comme le vainqueur de cette « non-course », devant George Russell et Lewis Hamilton.

Étant donné que moins de 75% de la course a été parcouru, les 10 premiers pilotes ont ainsi obtenu la moitié des points qui sont, en général attribués. Ainsi, Max Verstappen a inscrit 12,5 points, contre 25 en temps normal.

Cette décision a été vivement critiquée par Fernando Alonso qui trouve étrange que des points aient été donnés ce week-end.

« Arrêter la course était la bonne décision compte tenu des conditions, mais je trouve étrange que des points soient attribués ce week-end. »

« Nous n’avons eu que des drapeaux rouges et des tours derrière la Safety Car, donc ce n’était pas vraiment une course. Tout le monde a fait de son mieux, ce n’est la faute de personne, mais c’est dommage. Malgré tout cela, les spectateurs étaient formidables tout au long du week-end et c’est toujours un plaisir de les revoir, qu’importe la météo. »

Tags
Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.