Rubrique
Point de vue

Le racisme dans le football, ce fléau

C'est l'actualité de la semaine sur la planète foot.

Ce Paris SG-Basaksehir est un énième exemple de la banalisation du racisme dans le sport le plus fédérateur au monde.

Cette fois, les données sont différentes, ce n'est pas d'un joueur ni d'un supporter dont il s'agit, mais d'un homme au sifflet.

Cette fois, c'est l'un des maîtres du jeu, en l'occurrence l'arbitre de touche.

"Negru" en roumain (qui signifie "homme noir"), serait le terme employé.

Il ferait office de réponse à une insulte proférée à l'origine par certains joueurs de l'équipe turque à l'ensemble du corps arbitral.

Mais peu importe l’origine de l’affaire, cette histoire s'apparente à une querelle de cour d'école et la question n'est pas là.

Le football est gangréné par ce phénomène comme il est le déversoir d'autres maux de la société.

Ce genre d'injure à caractère racial est récurrent, jamais traité à la racine par les hautes instances et de ce fait, déplacé, mis de côté.

Ces paroles, mardi soir à l'occasion de cette rencontre comptant pour la sixième et dernière journée de la phase de poules de Ligue des champions entre le Paris SG et le club d'Istanbul de Basaksehir ont eu une raisonnance mondiale.

C'est Demba Ba, l'ancien attaquant de Chelsea et du Besiktas, qui fut le premier à réagir en intimant à ses coéquipiers l'ordre de sortir du terrain après avoir prit l'arbitre coupable entre quatre yeux.

Et les deux équipes ont suivi le mouvement, une première dans l'histoire. 

Le match, qui n'a duré que 22 minutes, a d'abord été interrompu environ 1h avant d'être définitivement arrêté.

La réaction de Ba est à mon sens courageuse et salutaire et a eu comme effet de tester la réactivité des instances. 

En effet, à l'heure où j'écris ces lignes, l'UEFA a ouvert une enquête disciplinaire.

Les sanctions, qui tomberont dans les prochains jours, sont potentiellement les suivantes : au moins dix matchs de suspension pour l'arbitre incriminé ainsi que ces assistants s'il s'avère que d'autres propos injurieux ont été tenus, comme le veut l'article 14 du règlement de la Confédération européenne.

Göksel Gümüsdag, le président du club stambouliote, a prit la parole jeudi soir et dit vouloir la radiation à vie du présumé auteur des faits.

Sera t'il entendu ? L'UEFA appliquera t'elle les sanctions prévues ?

Je pense que donner quelques matchs de suspension à un homme dont la responsabilité première est de diriger une rencontre de football européen à haut niveau est assez léger.

L'UEFA appliquerait le texte en vigueur sans régler le problème à la source...

En ce sens, je trouve que le président du Basaksehir a raison, la radiation est la meilleure solution.

Si l'on veut combattre le racisme dans le football, il faut le faire de manière forte, radicale, ne laissant aucune chance aux fauteurs de troubles.

Depuis sa création et sa démocratisation, le football est profondément raciste et à tous les niveaux. 

Pas un week-end dans ce pays où l'on n'a pas le droit à un fait divers d'origine raciale. 

En ce qui concerne les joueurs eux-mêmes, ils ont décidé dès le lendemain soir d'exécuter un geste symbolique pour exprimer leur mécontentement, se positionnant au rond central, posant le genou a terre, la tête baissée tout en levant le poing au ciel.

La suite des événements nous dira si cette initiative a été une réelle avancée ou un simple coup d'épée dans l'eau.

Comme je l'ai écris précédemment, la réactivité des instances a fait que 24h après cette triste affaire, le corps arbitral a été changé et le match a donc pu être joué avec au final une victoire écrasante cinq buts à un des parisiens et une première place du groupe assurée au détriment du club turc, éliminé.

Le jeu doit continuer, le racisme n'y a pas sa place.

L'UEFA doit maintenant avoir le courage politique d'exclure cet arbitre et ce, non pas à titre d'exemple, mais dans le but que cela devienne systématique en cas de récidive sur un plan plus général.

L'avenir du football passe par l'audace des hautes instances à faire bouger les lignes.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.