Rubrique
Point de vue

Les Trophées UNFP, le retour des nommés et des polémiques

Ah les trophées UNFP… Tout un programme… qui verra cette année une remise des prix sans cérémonie, pandémie de covid oblige. Nouveau concept, en somme. Les noms sont sortis en début de semaine avec son lot de surprises où nous avons du Neymar, du Kylian Mbappé pour le PSG, Memphis Depay avec Rudi Garcia pour Lyon, quatre monégasques : Wissam Ben Yedder, Sofiane Diop, Aurélien Tchouaméni et Niko Kovac, deux lillois avec Burak Yilmaz et Christophe Galtier. Et d’autres clients plus ou moins légitimes.

Cette cérémonie, je la vis personnellement depuis mon enfance, il faut dire qu’elle date de 1988, j’ai donc eu le temps d’en voir quelques unes.

Si elle a plus ou moins été cohérente avec des lauréats plutôt logiques, cette année ressemble un peu moins à quelque chose de réaliste.

Certains sont en course pour un deuxième trophée d’affilée comme Christophe Galtier quand pour d’autres, ce sera une première.

N’oublions pas que ce dimanche, Lille pourrait être sacré champion de France s’il bat Saint-Etienne et que dans le même temps le Paris SG ne fait pas un autre résultat qu’une victoire face à Reims au Parc des Princes, ce qui nous promet un sacré dimanche après une saison éreintante pour tout le monde et finalement assez passionnante.

Mais revenons à nos moutons…

 

Neymar, Mbappé, votes vraiment impartiaux ?

 

C’est la plus grosse polémique depuis l’annonce. Neymar et Kylian Mbappé sont donc nominés une nouvelle fois après une saison qu’ils auront surtout traversé par leur manque de régularité. La question se pose, comment les a t’on choisi, par quel système de vote ? Autour d’eux, Wissam Ben Yedder, Burak Yilmaz et Memphis Depay.

Je n’ai rien contre les votants mais on peut légitimement se demander s’ils ont bien compris le principe du vote du meilleur joueur de l’année… On parle du championnat, pas de la Ligue des Champions, on ne vote pas pour le meilleur joueur intrinsèque mais pour celui qui le plus marqué l’exercice. Bref, pas mal d’interrogations sur ce point. Paris est l’équipe qui a le plus perdu à domicile, Neymar n’a été au rendez-vous dans aucun des matchs importants et malgré tout il doit sa présence avec un joueur comme Memphis Depay – leader technique de l’Olympique Lyonnais – et surtout le Turc Burak Yilmaz qui sauf coup de théâtre, va remporter le titre avec Lille.

Pour ma part, si j’avais dû sortir deux noms parisiens, j’aurai plutôt choisi Marquinhos et éventuellement Keylor Navas, ce qui me paraît déjà plus réaliste.

Comment ne pas penser par exemple à Kevin Volland, quasi inconnu du championnat de France à son arrivée sur le Rocher et aujourd’hui parmi les meilleurs buteurs de l’élite. Mystère, mystère...

 

De la qualité sur les bancs…

 

Parlons maintenant des entraîneurs. A première vue, tous mériteraient le trophée. A différents niveaux. La logique voudrait que Christophe Galtier rafle la mise grâce au parcours du LOSC : que l’entraîneur champion de France soit sacré. Logique, vous allez me dire. Sauf que si on y regarde de plus près, les choses sont moins évidentes.

Franck Haise, qui peut envoyer Lens en Europa League l’année de la remontée dans l’élite du club sang et or ? Sacré boulot de l’ancien adjoint de Christian Gourcuff...

Niko Kovac, en relançant un AS Monaco moribond pour en faire une machine de guerre capable de retrouver la Ligue des champions pour la première fois depuis quatre ans ?

Et Christophe Pellissier qui se bat avec ses armes et sa colonie d’ex-covidés en tentant de sauver le FC Lorient de la relégation ?

Le travail fait par ces trois hommes cette saison est remarquable et ils méritent tous la récompense.

Vous noterez que je ne cite pas Rudi Garcia, qui est pour beaucoup de gens (surtout lyonnais), l’intru de cette liste.

J’avoue avoir du mal à comprendre sa nomination.

Avec l’Olympique Lyonnais, l’un des meilleurs effectifs du championnat, manquer à ce point d’idée de jeu et faire une litanie de choix incohérents mais tout de même rester en place dans la lutte pour le podium, je trouve cela aussi incompréhensible que fascinant.

 

Chez les gardiens, Maignan forcément ?

 

Là également, on peut sourire. Le grand favori est bien sûr Mike Maignan. Déjà sacré lors de l’édition 2019, le portier lillois a encore été assez épatant cette saison et est l’auteur du plus grand nombre de clean-sheets (19 matchs sans encaisser de but) de la saison. Comme je l’écris plus haut, Keylor Navas ne fait pas tâche non plus. Anthony Lopes qui a encore sauvé l’OL plus d’une fois malgré ses sorties kamikazes, à la limite. Mais Steve Mandanda ? Au bout d’un cycle avec Marseille, à 35 ans, difficile de ne pas se frotter les yeux pour bien voir sa présence dans la liste.

Quant à Benjamin Lecomte, personne ne comprend réellement. L’ancien portier des Merlus n’a pas vraiment brillé à tel point que son entraîneur Niko Kovac a sondé il y a quelques semaines un jeune gardien allemand pour lui faire concurrence.

Interrogation là aussi…

 

Concurrence pour l’Espoir de l’année

 

Ici aussi, il y a de la surprise. Qui va succéder à Kylian Mbappé ? Drôle de question. Tous n’ont pas été très convaincants cette saison, à commencer par le milieu rennais Eduardo Camavinga, éblouissant à ses débuts et qui tarde à confirmer l’énorme potentiel qu’on lui voit. Autre déception, ou semi-déception (comme on veut) c’est Maxence Caqueret dont les performances sont clairement en dents de scie après avoir été impressionnant lors du Final 8 de la Ligue des champions l’été dernier. D’abord freiné par la concurrence, il faut avouer qu’il revient bien depuis quelques semaines, mais est-il pour autant légitime comme meilleur Espoir de la saison ? La question se pose.. 

Au rayon des nouveautés, nous avons Amine Gouiri, transfuge de Lyon à Nice dont l'adaptation est, on peut le dire, franchement une réussite, Sofiane Diop et Aurélien Tchouaméni de Monaco pour lequel la saison pleine en fait pour plusieurs journalistes le favori de cette édition. Le milieu défensif de l’ASM a mis quelques mois à s’acclimater mais est aujourd’hui un élément indispensable du onze de Niko Kovac.

Personnellement, je ne serai pas surpris qu’il soit l’heureux élu, sa progression est constante et c’est en partie grâce à lui si Monaco est aujourd’hui là où il est.

 

A l’étranger, Benzema grand favori ?

 

Là, on ouvre un chapitre qui risque de faire parler. Incroyable en championnat avec le Real Madrid cette saison, Karim Benzema est pour moi évidemment le favori. Et on ne peut pas dire que la concurrence soit au rendez-vous. Nominés avec lui, son coéquipier chez les merengue, Ferland Mendy, est intéressant mais sa fin de saison est cauchemardesque et l’Euro risque d’être compromis en raison d’une blessure au tibia. Hugo Lloris vit quant à lui une saison compliquée avec les Spurs, seulement huitième du championnat anglais et qui ne verra pas l’Europe lors du prochain exercice. A Chelsea, N’Golo Kanté est revenu à son meilleur niveau seulement depuis fin Janvier et l’arrivée de Thomas Tuchel. Six bons mois qui ne devraient pas suffire pour décrocher la timbale, mais qui pourrait lui offrir une récompense bien plus grande s’il venait à remporter la Ligue des Champions avec les Blues le 29 mai prochain…

 

En Ligue 2, les récompenses sont déjà décernées

 

Amine Adli, le milieu du Toulouse FC et révélation de la saison vient d’être élu meilleur joueur après une saison complète. Priorité de Pablo Longoria pour remplacer Florian Thauvin à l’OM, quelque chose me dit qu’il ne va pas faire de vieux os sur les bords de la Garonne…

Dans l’équipe type, deux anciens joueurs passés par le FC Lorient, Mathias Autret et Mickael Le Bihan.

Clermont Foot, promu en Ligue 1, a logiquement vu son entraîneur Pascal Gastien être sacré et le gardien de Troyes, Gauthier Gallon a été élu meilleur portier. L’ESTAC, champion de l’antichambre depuis quelques semaines déjà, me fait penser au FC Metz en tant que « spécialiste de l’ascenseur ». Gageons que le club Aubois parvienne à se maintenir dans l’élite la saison prochaine, histoire que ce club se stabilise enfin.

 

Chez les féminines, le PSG bien représenté

 

Et les féminines ! Eh bien on peut dire que le club de la Capitale est plutôt gâté avec pas moins de trois nominées pour le Trophée de meilleure joueuse. Il y a fort à parier également que les parisiennes repartent avec plusieurs titres. Avec une nommée dans chaque catégorie, certes la concurrence est présente mais quoiqu’il arrive, la performance est déjà là.

La fin de saison n’a pas encore touché à sa fin que déjà je sens que les lauréats vont faire parler sur les différents réseaux sociaux.

Attendons de voir...

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.