Rubrique
Point de vue

Médiapro et la Ligue 1 : Chronique d’un fiasco prévisible

Le football français a t-il eu les yeux plus gros que le ventre ? La dote de la mariée n’était donc qu’un leurre, un sacré leurre de plus d’1 milliard d’euros. Quatre mois seulement après le début de son contrat, Mediapro est tenu de rendre ses droits TV au football français, entraînant la fermeture de sa chaîne Téléfoot et fragilisant de manière significative tout l’écosystème du football français, professionnel comme amateur. Un échec qui semblait pourtant évitable pour de nombreux observateurs qui avaient depuis 2018 alertés en dénonçant un contrat bien trop mirobolant pour être cohérent.  

Alors à qui la faute ?

Il paraît désormais bien loin le temps où les dirigeants du football professionnel français fanfaronnaient dans tous les médias sportifs pour annoncer le plus gros contrat de l'histoire de la Ligue 1. Les 1,2 Milliards d’euros et l'euphorie qu’ils ont suscité ont depuis laissé place au fiasco le plus monumental. Mais que s’est-il passé, qui est responsable de ce naufrage pourtant annoncé, supposé depuis de nombreux mois ? Au moment de l'appel d'offres, la Ligue de football professionnel n'avait à l’époque pas cru bon de demander des garanties financières.  La commission des affaires culturelles s'était pourtant inquiétée à l’époque du modèle économique du groupe détenu par son actionnaire principal chinois Orient Hontai, jugeant le projet trop ambitieux et peu cohérent en termes de valorisation. Beaucoup envisageaient déjà que l'explosion des droits TV pouvait à terme provoquer une implosion du système. Force est de constater que la vénalité du football français a bien conduit à cette véritable déroute.

Quelles conséquences pour le football français ?

Le péché originel de la LFP et des présidents de club risque quoiqu'il en soit de se payer cash. Toute l’économie des clubs revue à la hausse avec ce contrat est désormais impactée. Dans une économie fragile et dépendante plus qu’ailleurs des droits TV, beaucoup de clubs s’étaient empressés, suite à cette mirobolante manne financière, de recruter de nouveaux joueurs, à des tarifs eux aussi basés sur l'inflation des droits TV.  Quelle sera l’addition finale à régler pour ces clubs qui ont donc déjà commencé à dépenser ces sommes depuis un an ou deux, tant en transferts qu’en salaires ? Des clubs fragilisés voire asphyxiés par une crise sanitaire qui les prive de recettes de billetterie et de sponsoring.  On imagine qu'à long terme, le risque encouru est tout simplement l’affaiblissement général du championnat : Vente des meilleurs joueurs, perte de compétitivité sportive, baisse des contrats de sponsoring et baisse des futurs droits TV. Le Cercle vertueux fantasmé par le foot français pourrait ainsi se transformer en cercle vicieux.

Quel espoir, quelle sortie de crise ?

Pour sortir de la panade il ne reste pour le moment que peu de sorties viables. Du côté de l'exécutif, on se dit certes prêt à aider les clubs, mais pas à éponger le manque à gagner lié au contrat de Médiapro.  "Il y a des choses qu'on peut faire et des choses qu'on ne peut pas faire", expliquait fin novembre le ministre de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer, "(...) mais on n'a pas vocation à compenser des problèmes qui ont été finalement générés par une sorte de cupidité et d'irréalisme." Tous les regards se portent désormais sur le diffuseur historique de cette Ligue 1, Canal+. Aujourd’hui seul candidat sur les rangs pour reprendre les droits TV du championnat de foot, mais forcément à des conditions largement revues à la baisse. Maxime Saada, patron  du groupe, indiquait du reste qu'il ne réinvestira pas "à perte" dans le football. Une belle opportunité pour le groupe Canal qui met la Ligue 1 face au miroir d’une illusion perdue, celle d’un championnat qui a été surcoté. Une belle leçon d'humilité au final.

Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.