Rubrique
Interview

David Lopez, l'histoire d'un auteur

Les origines d’un auteur né

L’écrivain de 36 ans originaire de Saint-Pierre les Nemours dans la Seine-et-Marne, dans le quartier de Fief dont son tout premier livre, portant le même nom, est paru en 2017 aux éditions Points. Son enfance était partagée entre sortir avec ses amis, en bande dans son quartier, et aussi souvent les moments de solitude où il écrivait, que ce soit des bandes dessinées, des romans et plein d’autres styles auxquels il s’est essayé. David Lopez était un élève extrêmement studieux, et ce grâce à son père plutôt strict à ce niveau-là. Il cherchait constamment la perfection pour son fils, souvent à demander où était le point manquant d’un dix-neuf sur vingts.

Après un bac L, Il entre à la fac d’histoire où il a validé son premier semestre, il se réorientera en sociologie où il débutera un master qu’il validera au fur et à mesure des années. Mais, au fond de lui, il savait que ce choix de vie ne lui correspondait pas. Ce qui l’intéressait, c’était l’écriture. Malheureusement, il ne se sentait pas encore prêt à devenir auteur...
Après ses études, il est parti au Mexique et en Bolivie pour voyager avec sa petite amie de l’époque. Quand il rentre en France il était complètement déboussolé, proche de la dépression. Ne sachant pas comment faire sa vie, se demandant pourquoi il était rentré, nostalgique de sa vie et de ses repères de l’hémisphère Sud.
Alors que le master d’écriture s’est créé, il s’y est inscrit et s’est concentré à fond dedans pour vivre son rêve. Il rentra à la maison de ses parents et débuta un nouveau mode de vie...

Fief !

Mais Fief, qu’est-ce que c’est ? C’est un roman, racontant tout simplement la vie d’un jeune homme, Jonas, ne sachant que faire de sa vie, pas assez impliqué dans son domaine de prédilection : la boxe.

Perdu, mais pas seul, accompagné de sa bande d’amis. Jonas se décidera à quitter son fief ? Ce Jonas représente en quelque sorte une partie de David Lopez dans sa jeunesse, indécis et attaché à ses origines.

En 2018, il remportera le prix Inter, ce qu’il faut savoir avec ce prix, c’est qu’il n’est pas composé de jury fixe, c’est-à-dire que chaque année ce sont des personnes lambda qui s’occupent d’attribuer la récompense. C’est d’ailleurs grâce à ce prix qu’il a pu gagner pas moins de 45 000 ventes en plus. Un très beau tirage pour un premier roman. Au total il en vendra 90 000 exemplaires.

Couverture de Fief, le premier livre de David Lopez

Son écriture

L’auteur a une écriture assez originale. Aucun guillemet à l’horizon ! David Lopez écrit comme on parle, ce qui rend la lecture naturelle est agréable. Il trouvait que l’écriture qu’il se forçait à faire pour plaire aux autres ne lui ressemblait pas.

Heureusement, personne ne l’a descendu par rapport à ce style, il a toujours été soutenu dans ses projets, lors de son master d’écriture, ses parents étaient toujours derrière lui pour le soutenir dans les moments de doute.

Pour l’anecdote, pendant l’écriture de Fief, son père restait des après- midi entières dans le silence, en coupant la télé par exemple, pour laisser son fils écrire en paix. C’est d’ailleurs ce qui a inspiré David Lopez pour la relation de Jonas et son père. Le père de David Lopez est très important dans son développement, ils ont une relation d’extrême conscience et se disent tout.

Cette écriture est beaucoup impactée par ce qu’il vit, a vécu, « On est le produit de ce qu’on a vécu » comme il le dit lui-même, tout a un impact sur sa vie.

Ce qui le passionne dans ce hobby devenu métier, c’est l’implicite, il trouve qu’il a un meilleur contrôle des lecteurs, il aime que certains de ses lecteurs ne comprennent pas ce qu’il a raconté. Il a tout de même conscience que ce style d’écriture est souvent affiliés à la poésie. Mais ce qu’il veut, c’est être « un poète en roman ».

Beaucoup d’écrivains ont besoin d’une routine ou de certaines conditions pour écrire. David Lopez, lui ne fait pas partie de ces gens là. Selon lui, la routine est un moyen de se donner envie de travailler. Alors, il se laisse aller dans le courant de son humeur. Il a des routines passagères, une semaine il peut travailler dans le bureau de son salon et la semaine qui suit travailler dans son lit.

Tout peut changer du jour au lendemain. Il faut savoir que sa principale source d’inspiration vient de ses voyages récurrents ( sauf pendant la période actuelle bien sûr). Il s’organise souvent des sorties en vélo, se laissant guider par l’inconnu. C’est le soir qu’il raconte ce qu’il a vécu pendant la journée, ce qu’il a vu, les gens qu’il a rencontrés etc... Mais le problème ici c’est qu’il est beaucoup plus difficile pour lui de voyager étant donné des circonstances actuelles.

Mais, David Lopez est le genre d’auteur à écrire tout ce qui lui passe par la tête, et cela vaut aussi pour ce qu’il y a écrit dans ses livres. Il se laisse guider par le texte, parfois traversé par ce sentiment de « flow » comme il l’appelle, où il est entièrement absorbé par ce qu’il fait.

Qu’en est il du futur ?

Évidemment, après le succès de son premier livre ( plus de 90 000 exemplaires vendus), David ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin.

Mais, les textes qui peuvent être dans cette prochaine oeuvre ont été rédigés avant même la sortie de fief. Il s’était un peu stoppé pendant la promotion de son livre. Pour l’instant, le livre  s’appellerait Vivance, racontant l’histoire d’un jeune homme ne sachant pas quoi faire de sa vie et qui va s’improviser voyageur.

Yohan Lopez

Tags
Application Mobile

Téléchargez Encrage Media sur votre mobile pour ne pas manquer nos dernières publications !

Commentaires

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.